Rechercher

L'eau est une menace constante pour les sous-sol. La gravité et la capillarité jouent contre nous. Pompes à puisard, alarmes et batteries de secours: tous les conseils pour éviter les urgences.


Les inondations printanières dans les sous-sols sont de plus en plus courantes. Or, la plupart du temps, elles peuvent être facilement évitées. Commençons par nous demander: pourquoi les sous-sols (ou les vides sanitaires) inondent en premier? C’est simple: l'humidité règne dans le sol, dans lequel sont installées les fondations. Les sous-sols se situent même parfois en dessous de la nappe phréatique, alors que d’autres subissent la montée des nappes phréatiques uniquement lors de la fonte des neiges printanière. Et les infiltrations d'eau peuvent sévir d'un côté de la rue seulement, difficile de le prédire.


Sécuriser les drains dans votre sous-sol avec des clapets anti-retour

Votre chauffe-eau est-il dans le sous-sol? Assurez-vous qu'un drain soit situé en-dessous et vérifiez soigneusement s'il a un clapet anti-retour pour éviter la remontée des eaux lors de pluies excessives ou de la fonte. Même chose pour l'évier, le drain de machine à laver ou encore un bac de douche à bas niveau qui pourraient s'y trouver.

Pire encore, les toilettes. Elles représentent un point faible majeur, et il y a un certain nombre de circonstances potentiellement agravantes: ont-elles été raccordées à un système plus ancien? Installées par un bricoleur? Le réseau des eaux usées a-t-il déjà eu un problème? Alors dans ces cas, la nappe phréatique n'aurait qu'à dépasser la hauteur du rebord du bol et les eaux usées rempliraient le sous-sol.

Avons-nous déjà mentionné que nous ne sommes pas d'énormes fans des sous-sol? Alors que le code dans certaines régions et les règlements de certaines municipalités insistent sur le contrôle des remontées d’eau via des clapets standards ou anti-retour, et que ce dispositif est peu compliqué à installer et peu dispendieux, nous voyons tout de même des constructeurs sans scrupule les oublier.


Le clapet anti-retour est certainement l'un des points essentiels à savoir si vous envisagez d'acheter une maison avec un sous-sol fini ou inachevé, ou lors de la construction d'un nouveau: vérifiez qu'ils sont installés sur les drains et correctement installés. Et oui, ils fonctionnement à sens unique, et il est arrivé qu'après les avoir déterrés dans le passé de découvrir qu'ils avaient été installés à l'envers!


Prévoir l'inondation malgré tout

La chose la plus importante à retenir lors de la construction, de la rénovation et de la finition des sous-sols, c’est qu’ils ne sont pas et ne pourront jamais être complètement imperméables. Les chances sont fortes pour qu’à un moment donné, l'eau gagnera et inondera votre sous-sol, du moins à un certain degré.

Une analogie à ce sujet, que nous devons au professeur John Straube de l'Université de Waterloo, peut vous aider à accepter cette défaite gracieusement: un sous-marin à missiles nucléaires balistiques de type Trident, d'une valeur d'environ 3 milliards de dollars, est l'une des machines les plus sophistiquées et coûteuses jamais réalisées. Malgré des fonds illimités et un accès aux technologies les plus avancées, les infiltrations d'eau n'y sont pas complètement évitables, il contient donc une pompe pour l'extraction. Conclusion: il n'est pas réellement possible de construire quelque chose sans fuites. L’important est donc de faire en sorte que les matériaux puissent sécher lorsqu’ils sont mouillés.

Nous parlons régulièrement de l'approche « ceinture et bretelles » dans de nombreux domaines de la construction, qui consiste à avoir un plan de secours pour ne pas vous retrouver avec votre pantalon autour des chevilles. L'eau suit le chemin de la moindre résistance, et dans la bataille sans fin entre elle et les sous-sols, rappelez-vous que l'eau n'aura jamais tort sur la façon la plus simple de se rendre d'un endroit à un autre. Mais nous le serons souvent.


Comment empêcher les dégâts?

Les sous-sols résidentiels devraient toujours intégrer de bonnes stratégies de drainage des fondations, des pompes de puisard, des membranes imperméables extérieures sur les fondations, un matériel imperméable sur ou sous la dalle, et des murs intérieurs qui peuvent sécher. Toutes ces solutions peuvent être appliquées lors d'une rénovation complète du sous-sol, qui comprend l'excavation pour appliquer l'imperméabilisation et l'isolation des fondations.


C'est aussi une excellente idée de vérifier autour des portes et des fenêtres du sous-sol pour s'assurer que les drains sont présents et dégagés, ceux-ci étant souvent bloqués par la chute des feuilles d'automne, ou par quelque chose d'aussi simple qu'un sac en plastique qui souffle sur la grille. Vérifiez également les égouts pluviaux, souvent bloqués par des feuilles, des aiguilles de pin et des balles de tennis ou des rondelles de hockey!

Ensuite, il est important d’éloigner l’eau des fondations. Lors de la conception d'un jardin, assurez-vous que le terrain est nivelé en pente négative en s’éloignant de la maison, loin des escaliers et des puits de fenêtre, et que le niveau du sol ou le paillage ne grimpe pas en hauteur et ne dépasse pas le dessus des membranes sur les murs du sous-sol, introduisant l'humidité directement dans le béton ou la CMU.

C'est toujours une bonne idée de choisir des pavés perméables et des surfaces dures dans les jardins pour éviter de créer de petites rivières de ruissellement chaque fois qu'il pleut ou dégèle. L'action capillaire dans la maçonnerie signifie généralement que les murs seront humides jusqu'à 36" au-dessus du niveau de pénétration d'eau. La première étape pour prévenir les inondations du sous-sol est donc de diriger l'excès d'eau loin de votre maison. Assurez-vous que vos gouttières et l'aménagement paysager font partie de la solution, pas du problème. Assurez-vous que toute la neige qui fond sur votre toit, votre pelouse et votre allée est dirigée loin de votre sous-sol, et non pas vers lui.

Après avoir vérifié tout cela et empêché l'eau de dégel printanier soudaine et excessive d'arriver dans votre sous-sol, la façon la plus simple et la moins chère de prévenir les inondations est d'utiliser une pompe de puisard, adaptée à vos besoins et (bien sûr) opérationnelle.

Avant d’aller plus loin, nous vous suggérons le visionnement de ces deux vidéos produites par Écohabitation

  • Les systèmes anti-refoulement

  • La qualité d’air dans les sous-sols


Indispensable dans tous les cas: la pompe de puisard

Une pompe à puisard est installée dans un puisard, qui se trouve généralement dans un endroit à l'écart au sous-sol, comme la salle mécanique. Dans le puisard se trouve un bassin d'environ 2 pieds de diamètre avec des trous sur les côtés. Lorsque la nappe phréatique monte, l'eau s'écoule dans le puisard, puis est pompée et drainée loin des fondations.

La pompe elle-même a un flotteur, similaire à celui que l’on retrouve dans la cuvette des toilettes. Au fur et à mesure que le niveau de l'eau monte, le flotteur monte avec lui et déclenche éventuellement un interrupteur et active la pompe. Une fois que le niveau d'eau baisse et laisse le flotteur baisser également, la pompe s'arrête.

Dans certaines maisons où les nappes phréatiques sont élevées, ou celles qui peuvent être construites à proximité de sources naturelles, la pompe pourrait fonctionner régulièrement tout au long de l'année, tandis que dans d'autres maisons situées dans des endroits plus secs, elle ne peut fonctionner que lors d'événements météorologiques extrêmes, ou même jamais. Ces détails sont importants lors de la conception: assurez-vous d'avoir un clapet anti-retour fonctionnel sur le tuyau de sortie pour empêcher l'eau de s'écouler dans le sous-sol par cette voie, et mieux encore, assurez-vous que le tuyau de sortie pénètre dans les drains extérieurs, loin de la maison, en dessous de la ligne de gel.

Même si vous pensez habiter dans une zone sûre, il est tout de même important d'avoir une pompe de puisard au sous-sol. Surtout compte tenu de l'augmentation des événements météorologiques extrêmes due aux changements climatiques. Et très franchement, il est peu probable de trouver un propriétaire mentionnant qu’il « aurait aimé ne pas avoir installé de pompe de puisard ».

Ces mesures ne sont vraiment pas dispendieuses si l'on considère la sécurité et la tranquillité d'esprit qu'elles apportent si on pense à nos finitions, meubles et biens coûteux au sous-sol qui pourraient être perdus ou endommagés par les inondations. Une réclamation d'assurance peut vous donner une valeur marchande pour votre canapé et votre téléviseur à écran plat, mais elle ne sera pas proche de la valeur réelle des souvenirs de famille endommagés ou de votre album Fleetwood Mac signé par Mick lui-même.


Comment savoir si la pompe à puisard fonctionne correctement?

Les pompes de puisard aspirent parfois des débris, qui peuvent boucher des parties du système. L'interrupteur peut aussi mal fonctionner. Il convient donc de les vérifier régulièrement.


Pour voir si votre pompe fonctionne correctement, versez lentement de l'eau dans le puisard jusqu'à ce que le flotteur active l'interrupteur et que la pompe vide le bassin. L'objectif est d'introduire de l'eau sans toucher l'interrupteur à flotteur car cela pourrait l'endommager ou provoquer un dysfonctionnement.

Nous préférons toujours utiliser de l'eau plutôt que de simplement actionner manuellement l'interrupteur, car les commutateurs peuvent parfois devenir collants.

Les règles d'or lors de la vérification des pompes, y compris la pompe dans un bassin de puisard, sont les suivantes:

  • Soyez toujours accompagné d'un ami. L'électricité, l'eau et les drains sont une combinaison risquée. La sécurité d'abord!

  • Portez toujours l'équipement de protection approprié, en particulier des gants et des lunettes.

  • Utilisez des coussinets ou un coussin pour vous agenouiller

  • Ne fumez pas. Les sous-sols, les puisards et les drains peuvent contenir des gaz explosifs.

  • Si la pompe ne fonctionne pas, débranchez l'électricité avant d'essayer de comprendre pourquoi.

Ce qui nous mène à la question des alarmes de niveau d'eau élevé pour les pompes de puisard.


Devrais-je me procurer une alarme de niveau d’eau élevé pour la pompe du puisard?

Une alarme pour la pompe à puisard qui signale un niveau d'eau élevé est un atout précieux et abordable. Elle pourrait vous alerter d'un problème qu'il sera possible de résoudre facilement et à temps pour éviter une éventuelle inondation de sous-sol. Il existe sur le marché de nombreuses technologies domotiques intelligentes sur le marché ; recevoir un avis de fuite d'un téléphone intelligent est inestimable. La seule chose que nous recommandons est d'opter pour une alarme de marque reconnue qui vous avertit d’un niveau d'eau élevé, et si possible avec une batterie de secours. Vous serez ainsi doublement sûr que la fois où vous aurez besoin de l'alarme pour vous faire savoir que l'eau monte, elle sera opérationnelle.

Être réveillé au son d'une alarme de pompe de puisard peut ne pas être agréable au moment où cela se produit, mais cela bat certainement l'alternative, soit passer des semaines à pomper, nettoyer, faire des réparations et payer sa franchise d'assurance..


Pourquoi une pompe de puisard cesse de fonctionner?

La raison la plus courante pour laquelle une pompe de puisard ne parviendrait pas à pomper: une panne de courant. Malheureusement, on a souvent besoin d'une pompe de puisard lors d'événements météorologiques extrêmes avec de fortes précipitations, qui sont également un moment commun pour connaître des pannes de courant...

Une autre cause peut être une prise défectueuse, et parfois c'est simplement que quelqu'un l'a débranchée et a oublié de la rebrancher.

En dehors du manque de puissance pour fonctionner, les composantes de la pompe peuvent tomber en panne. Le moteur peut griller, d'autres fois, le moteur peut fonctionner correctement, mais il arrête de pomper de l'eau en raison d'un blocage ou de la chute d’une pièce dans le moteur (histoire vraie).

Il est aussi important de dimensionner correctement les pompes selon la charge. Si vous avez un débit d'eau régulier, une pompe trop petite ou un interrupteur à flotteur mal réglé pourrait faire fonctionner les pompes en continu et entraîner un épuisement précoce. Tant que votre pompe de puisard n'est pas surchargée, vous pouvez raisonnablement vous attendre à ce qu'elle dure environ 10 ans.


Dois-je acheter une batterie de pompe de puisard?

La réponse dépend principalement de votre emplacement et du risque d'inondation, mais aussi de votre budget, de la finition de votre sous-sol et de votre niveau de confort.

Si votre sous-sol n'est pas fini, ne risque pas d'être inondé et que votre pompe de puisard est rarement activée, une batterie de secours n'est peut-être pas quelque chose dans laquelle vous souhaitez investir. Si la nappe phréatique aux alentours de votre maison est haute et que votre la pompe de puisard fonctionne régulièrement indépendamment de la pluie, c'est ce que nous appellerions une situation à haut risque, digne d'une batterie de secours, d'une configuration « double pompe » et d'une alarme, au cas où. N'oubliez pas : ceinture ET bretelles pour ceux à haut risque de voir leur pantalon tomber!

Une batterie de pompe de puisard reste chargée jusqu'à ce qu'elle soit nécessaire, et vous n'en aurez peut-être jamais réellement besoin. Mais comme la pompe de puisard elle-même et les alarmes de niveau d'eau en option, il s'agit d'une police d'assurance. Encore mieux si vous n’avez jamais besoin de l’utiliser, mais si vous n’avez pas de batterie lorsque vous en avez besoin, vous en aurez certainement envie.

Si vous avez une cave digne de l’homme moderne, avec des milliers de dollars d'équipement de cinéma maison et de divertissement, un bar entièrement rempli de whisky rare, une table de billard en ardoise, une table de ping-pong et un baby-foot:

  1. Où est notre invitation? (Pour après « distanciation sociale » bien sûr)

  2. Vous devriez probablement investir dans la pompe de puisard ultime du sous-sol, la surveillance et le système de sauvegarde de la batterie

Dimensionner une batterie pour la pompe de puisard

Si vous avez déjà une pompe de puisard dans votre maison et que vous envisagez une batterie pour plus de tranquillité d'esprit, profitez de la prochaine occasion pour surveiller la fréquence à laquelle elle s'éteint. Cela peut être pendant une grosse tempête ou une chaude journée de printemps propice à la fonte des neiges. Suivez l'heure à laquelle la pompe est activée: avec ces informations ainsi que la taille de la pompe elle-même, vous aurez alors une idée du type de demande d'énergie dont votre pompe aura besoin. Les caractéristiques électriques des pompes doivent également figurer sur les fiches techniques des fabricants.

Il n'y a aucun moyen d'anticiper les pluies les plus importantes ou la durée d'une coupure de courant, donc tout cela est au mieux une supposition. Pour une véritable durabilité et résilience de la maison, avoir un générateur (ou savoir qui en a un que vous pouvez emprunter) est une excellente source de sécurité. Une petite génératrice peut être utilisée par intermittence pour charger les téléphones et les ordinateurs, refroidir les réfrigérateurs et les congélateurs, mais aussi pour faire fonctionner une pompe à puisard, si nécessaire. Lorsque vous comparez les batteries de pompe de puisard en ligne, la principale différence à considérer est la durée de vie de la batterie. Elle sera évaluée en GPH (gallons par heure), et variera selon la quantité d'eau qu'elle peut éliminer et du nombre d'heures qu'elle peut fonctionner. Vous paierez plus cher pour une batterie plus grosse avec un meilleur chargeur, ce qui augmentera ses chances de durer lors d'une panne de courant.



Source: EcoHabitation





Comment casser la dalle, poser un pare-vapeur, un isolant, des mesures de protection du radon sous la chape et protéger les murs des infiltrations pour éviter l’apparition des moisissures au sous-sol.


Vous voulez rénover le sous-sol? Depuis des années, Écohabitation conseille les particuliers et les entrepreneurs sur les meilleures pratiques en climat froid pour le sous-sol. Ce type de travaux est trés délicat: il est fondamental de suivre les recommandations d'experts. Les recommandations présentées dans cette page de guide concernent la rénovation par l'intérieur, vous pouvez aussi consulter nos conseils pour rénover les fondations par l'extérieur avant d'entreprendre vos travaux.


Attention! Il ne faut rien poser (isolant, plancher de bois, revêtement…) sur une dalle non isolée. En plus de perdre de l'espace de plafond, vous risquez de gros problèmes potentiels. Évitez également les matériaux miraculeux (Isofoil et produits alumisés, styrofoam laminé, panneaux isolants drainants sur OSB). Ces produits sont inutilement coûteux et n’offriront généralement pas l’effet escompté.


Infiltrations ? Humidité ? Rénover le sous-sol par l'intérieur, étape par étape


Si vos fondations ne possèdent pas de protection à l’extérieur, voici comment procéder pour rendre votre sous-sol étanche et bien isolé.


1. Casser la dalle

Isoler par-dessus la dalle vous fera perdre trop d’espace, et les travaux sont souvent mal réalisés. Nous vous conseillons fortement de casser la dalle à l'aide d'une masse, et pour les bétons plus tenaces, avec une scie à béton et un marteau perforateur de plus de 75 lb. Vous pourrez alors effectuer les travaux sous la chape.

Important: ne pas toucher au mur de fondation ni à la semelle.

2. Poser un drain français intérieur

À partir du puisard, poser des tuyaux en PVC rigides perforés à la base de la fondation (les trous vers le bas). Ne pas oublier le clapet anti-refoulement au-dessus de la pompe à puisard. Entourer le drain de gravier concassé ¾ de pouce.


3. Mettre en place des mesures de protection du radon

Poser une colonne de radon passive en plastique, de 3 à 4 pouces, sous la dalle. Le trou par lequel passe la colonne dans la dalle doit être parfaitement scellé pour éviter toute fuite. Normalement, ce système passif suffit à évacuer le radon par tirage naturel. Un système de ventilation active peut aussi être installé par la suite, au besoin.

4. Installer un tapis de drainage en plastique alvéolé sur les murs

Une membrane élastomère ou un tapis doit être installé sur toute la surface du mur de fondation, et descendre jusqu’au drain français, de manière à acheminer l’eau au drain.


5. Poser un pare-vapeur

Un polythène 6 mil devra être posé sur le sol. Il freinera la montée de l’humidité et la pénétration du radon. On le fait remonter sur les murs, un peu au-dessus du niveau du sol. Il faudra bien sceller le tout, en faisant chevaucher les feuilles et en y apposant du ruban adhésif ou du scellant acoustique. Les feuilles devront également être scellées au mur, avec les mêmes produits.


6. Isoler la dalle

Sur le pare-vapeur, poser des panneaux de PSE (nous recommandons R10 sous la dalle).


7. Isoler les murs de fondation

Poser 3’’ de panneaux isolants rigides sur le béton (PSE, PSX, laine minérale). Ils vont rompre le pont thermique et augmenter la température de la paroi, ce qui limitera la condensation de l’air humide. Un mur à ossature en 2x4 érigé par-dessus permettra de passer les câbles et de poser de la laine minérale dans les cavités pour une isolation supplémentaire (viser un minimum total de R30). N’oubliez pas d’insérer des boudins, morceaux de styromousse ou une lisse ventilée Teksill, un nouveau produit québécois*, sous la lisse d’assise du mur en bois de manière à soulever le tout.


8. Couler une nouvelle dalle

Couler une nouvelle dalle de béton de 3’’. Idéalement, on laisse la dalle telle quelle, sans revêtements. Mieux vaut la polir et la sceller à l’aide d’un produit exempt de COV. Faites un pas de plus et optez pour du béton écolo (béton ternaire). On peut aussi opter pour des planchers radiants en intégrant la tubulure d’un plancher radiant hydronique dans la chape, ou des câbles chauffants.


Considérations en zone inondable

Les inondations représenteront un phénomène de plus en plus courant, les risques de perdre vos investissements de rénovations seront donc importants en zone inondable. Si vous voulez tout de même rénover, évaluez votre tolérance au risque et choisissez des matériaux qui vont résister à l’eau chargée de boues et contaminants, qui pourront être nettoyés et décontaminés suite à une inondation. Évitez absolument les matériaux poreux (gypse, papier, OSB, contreplaqué, bois).


Source: EcoHabitation


Installer un isolant supplémentaire à l’extérieur des murs d’une maison peut être une excellente idée… Si on s'y prend adéquatement. On vous présente aujourd’hui les moyens les plus simples pour de bons résultats.


Ajouter une couche d'isolation à l'extérieur de l'enveloppe d'une maison est un excellent moyen d'en améliorer la performance thermique globale, l'empreinte carbone et votre confort. Le but est bien évidemment aussi de réduire votre consommation d'énergie et vos factures mensuelles. Le projet peut sembler simple. Mais il ne s'agit pas seulement d'acheter des panneaux isolants rigides à la quincaillerie et de les visser aux murs. Vous devez avant tout comprendre comment les murs existants sont construits et comment ils « fonctionnent » en termes de gestion de l'humidité, de chaleur, de froid, de point de rosées et de durabilité, sans quoi vous pourriez vous retrouver avec bien des problèmes.



Isoler sa maison via l’extérieur, en évitant les problèmes


1. Déterminer sa zone climatique

Avant d'isoler une maison par l'extérieur, il faut déterminer correctement la zone climatique dans laquelle elle est située, et découvrir la constitution précise du mur existant, afin de ne pas créer de point de condensation à l'intérieur de l'enveloppe, ou d'empêcher l'humidité qui pénètre à l’occasion de ne pouvoir s’échapper, et donc de sécher.

Les murs doivent être construits en fonction de besoins climatiques spécifiques. Trop souvent, « les meilleurs assemblages muraux » le sont pour leur propre climat, mais représentent de bien mauvais choix ailleurs. ON rencontre par exemple dans des régions chaudes et humides, des maisons qui comportent des pare-vapeur à l’intérieur ainsi que des climatisatiseurs. Ceci ne devrait jamais être fait: climatiseur et pare-vapeur ne font pas bon ménage.


Les maisons saines et durables nécessitent une planification minutieuse, et une bonne connaissance de la science du bâtiment. Changer un matériau ou sa place, sans considérer l'impact sur la dynamique de l'enveloppe du bâtiment peut s'avérer potentiellement catastrophique.


La meilleure ligne préventive contre la possibilité d'un projet de rénovation et d'isolation des murs extérieurs qui vire au cauchemar est de se renseigner. Vous éviterez ainsi de vous laisser convaincre par une personne mal informée. Commencez par regarder notre vidéo « La science du bâtiment en toute simplicité » ci-dessous (en anglais).


2. Choisir son isolant, en bonne quantité

Déterminer la zone climatique qui vous concerne vous aidera à déterminer la quantité d'isolation appropriée pour les murs de votre maison. Ensuite, compilez une courte liste des types d’isolants qui vous conviennent le mieux en déterminant quelles sont vos plus grandes préoccupations. Tenez compte de certains des éléments suivants: coût, durabilité, résistance au feu, résistance aux insectes, faible potentiel de réchauffement climatique, fabriqués à partir de matériaux recyclés, fabriqués à partir de matériaux naturels, lieu de fabrication, bon facteur insonorisant, impact sur la qualité de l'air intérieur…


Ensuite, vous devez trouver un moyen de les fixer, de les appliquer en toute sécurité, de manière à ce qu’ils préservent leur valeur R et leurs qualités propres.


3. Éviter les ponts thermiques lors de la pose de l’isolant sur les murs extérieurs


Pour que l'isolant joue son rôle adéquatement, et qu’il ait une longue durée de vie fonctionnelle, le système de mur doit avoir toutes les composantes appropriées (y compris un pare-air, un pare-vapeur et un pare-intempérie), posées au bon endroit et une isolation bien équilibrée et fixée de manière à ne pas compromettre sa valeur R.

Gardez à l'esprit la façon dont vous fixerez l’isolation lors des rénovations ; l'isolation doit être continue, non interrompue par des ponts thermiques (voici une page qui traite des ponts thermiques et comment les éviter). Vous trouverez ci-dessous quelques méthodes pour améliorer les niveaux d'isolation d'une maison ancienne et pour fixer correctement l'isolation des murs extérieurs.


La structure murale en Larsen Truss isolée en nattes ou à la cellulose


Un mur Larsen est un mur d’ingénierie avec des poutrelles en i fixées à l'extérieur d'un mur en colombage ou de briques, ce qui crée une cavité qui peut être remplie d'une isolation supplémentaire. Vous pouvez y ajouter de la cellulose dense, des panneaux isolants rigides ou de l'isolant en mousse.


Les murs avec poutrelles Larsen peuvent être réalisés dans des épaisseurs différentes, ce qui est un très bel avantage pour la conception, car il peut être fait de la manière qui offre le meilleur retour sur investissement, et ce, pour tous les climats. Ci-dessous, une photo d'une maison passive utilisant le concept Larsen à l'extérieur du mur, qui sera ensuite rempli de cellulose dense.


Le bois agit comme un pont thermique, mais pas autant que le métal, et avec les poutrelles en I d'ingénierie, à seulement 5/8ème de pouce, la conductivité du bois n'est pas une grande préoccupation. Doublement gagnant donc!


Des entretoises thermiques en fibre de verre, ou « Cascadia Clips »


Les attaches isolantes en fibre de verre, un matériau qui a une faible conductivité, sont fixées directement au cadre, et supportent ensuite l'isolation. On évite ainsi les ponts thermiques et les pertes de chaleur. Ces entretoises fournissent également une surface solide pour fixer les fourrures et le revêtement extérieur.


Les clips Cascadia, de Cascadia Windows, une entreprise basée à Vancouver, sont les plus populaires au Canada et aux États-Unis. Le concept a en quelque sorte adopté le nom de la marque (tous comme les Kleenex), mais il existe d'autres marques d'entretoises thermiques, telles que Armatherm Z Girt, illustrées en second.


En installant le revêtement extérieur par-dessus l'isolation supplémentaire, consultez notre page sur la façon de l'installer de manière à ce que les murs puissent sécher.


Un isolant fixé avec des vis de métal


Nous vous avons présenté différentes façons de fixer l’isolant extérieur tout en maintenant la valeur R la plus élevée possible et en brisant les ponts thermiques. Mais dans la réalité, l'isolation extérieure sera généralement constituée de quelques pouces de panneaux isolants rigides vissés ou cloués sur un mur avec des sangles. Ce n'est pas parfait, et ça réduit généralement les performances globales du mur. Ce n'est pas la fin du monde, alors ne paniquez pas si vous l'avez déjà fait ou prévoyez de le faire… Nous essayons simplement de décrire les meilleures pratiques.


Nous avons construit notre maison LEED V4 Platinum Edelweiss en utilisant des panneaux isolants rigides en laine de roche fixés avec des sangles et des vis (présenté dans la vidéo). Pour briser les ponts thermiques, nous avons simplement créé deux couches de laine de roche rigide de 4 pouces. Ainsi, aucune vis ne traverse le mur.


Cela fonctionne très bien en termes d'efficacité énergétique et de durabilité, bien que ce ne soit pas ce que nous appellerions l'utilisation la plus efficace de notre temps… deux couches d’isolant au lieu d'une seule a signifié le double du temps de travail. Avec du recul, il est peu probable que nous répétions ce processus, mais c'est ainsi que nous apprenons! Vous pouvez voir toute la maison de démonstration certifiée Edelweiss LEED Platinum v4 en cours de construction dans la série de vidéos sur les bâtiments écologiques YouTube de Ecohome.

Le panneau ThermalWall PH est un autre système très accessible, que nous aimons afin de fixer une isolation rigide à l'extérieur des murs et éviter les ponts thermiques. Il s'agit d'un panneau isolant en mousse EPS rigide disponible en différentes épaisseurs. Ce n'est pas en soi un nouveau concept d'isolation des murs, mais sa simplicité et la rapidité de son montage sont intéressants.