top of page
Rechercher

L'eau est une menace constante pour les sous-sol. La gravité et la capillarité jouent contre nous. Pompes à puisard, alarmes et batteries de secours: tous les conseils pour éviter les urgences.


Les inondations printanières dans les sous-sols sont de plus en plus courantes. Or, la plupart du temps, elles peuvent être facilement évitées. Commençons par nous demander: pourquoi les sous-sols (ou les vides sanitaires) inondent en premier? C’est simple: l'humidité règne dans le sol, dans lequel sont installées les fondations. Les sous-sols se situent même parfois en dessous de la nappe phréatique, alors que d’autres subissent la montée des nappes phréatiques uniquement lors de la fonte des neiges printanière. Et les infiltrations d'eau peuvent sévir d'un côté de la rue seulement, difficile de le prédire. Dans tous les cas, sans un drainage adéquat (drains français aux semelles de fondation), vous pourriez gérer des problèmes, car la gravité et la capillarité de l’eau finissent souvent par jouer en notre défaveur. 


Sécuriser les drains dans votre sous-sol avec des clapets anti-retour

Votre chauffe-eau est-il dans le sous-sol? Assurez-vous qu'un drain soit situé en-dessous et vérifiez soigneusement s'il a un clapet anti-retour pour éviter la remontée des eaux lors de pluies excessives ou de la fonte des neiges. Même chose pour l'évier, le drain de machine à laver ou encore un bac de douche à bas niveau qui pourraient s'y trouver.

Pire encore, les toilettes. Elles représentent un point faible majeur, et il y a un certain nombre de circonstances potentiellement aggravantes: ont-elles été raccordées à un système plus ancien? Installées par un bricoleur? Le réseau des eaux usées a-t-il déjà eu un problème? Alors dans ces cas, la nappe phréatique n'aurait qu'à dépasser la hauteur de la cuvette et les eaux usées rempliraient le sous-sol. 

Alors que le code dans certaines régions et les règlements de certaines municipalités insistent sur le contrôle des remontées d’eau via des clapets standards ou anti-retour, et que ce dispositif est peu compliqué à installer et peu dispendieux, nous voyons tout de même des constructeurs négligents les oublier. 


Le clapet anti-retour est certainement l'un des points essentiels à savoir si vous envisagez d'acheter une maison avec un sous-sol fini ou inachevé, ou lors de la construction d'un nouveau: vérifiez qu'ils sont installés sur les drains et correctement installés. Il n'est pas si rare que ceux qui déterrent des clapets non fonctionnels découvrent une installation à l'envers, on rappelle donc que oui : les clapets fonctionnent à sens unique!!


Prévoir l'inondation malgré tout

La chose la plus importante à retenir lors de la construction, de la rénovation et de la finition des sous-sols, c’est qu’ils ne sont pas et ne pourront jamais être complètement imperméables. Les chances sont fortes pour qu’à un moment donné, l'eau gagne et inonde votre sous-sol, du moins à un certain degré.


Une analogie à ce sujet, que nous devons au professeur John Straube de l'Université de Waterloo, peut vous aider à accepter cette défaite gracieusement: un sous-marin à missiles nucléaires balistiques de type Trident, d'une valeur d'environ 3 milliards de dollars, est l'une des machines les plus sophistiquées et coûteuses jamais réalisées. Malgré des fonds illimités et un accès aux technologies les plus avancées, les infiltrations d'eau n'y sont pas complètement évitables; le sous-marin prévoit une pompe pour s'assurer que les surplus d'humidité puissent être évacués. Dans une maison c'est la même chose : il y a toujours une possibilité de dégâts liées aux infiltrations d'eau et on souhaite faire en sorte que les matériaux puissent sécher lorsqu'ils sont mouillés.


Nous parlons régulièrement de l'approche « ceinture et bretelles » dans de nombreux domaines de la construction, qui consiste à avoir un plan de secours pour ne pas vous retrouver avec votre pantalon autour des chevilles. L'eau suit le chemin de la moindre résistance, et dans la bataille sans fin entre elle et les sous-sols, rappelez-vous que l'eau n'aura jamais tort sur la façon la plus simple de se rendre d'un endroit à un autre. 


Comment empêcher les dégâts?

Les sous-sols résidentiels devraient toujours intégrer de bonnes stratégies de drainage des fondations, des pompes de puisard, des membranes imperméables extérieures sur les fondations, un matériel imperméable sur ou sous la dalle, et des murs intérieurs qui peuvent sécher. Toutes ces solutions peuvent être appliquées lors d'une rénovation complète du sous-sol, qui comprend l'excavation pour appliquer l'imperméabilisation et l'isolation des fondations.


Il est important d’éloigner l’eau des fondations. Lors de la conception d'un jardin, assurez-vous que le terrain est nivelé en pente négative en s’éloignant de la maison, loin des escaliers et des puits de fenêtre, et que le niveau du sol ou le paillage ne grimpe pas en hauteur et ne dépasse pas le dessus des membranes sur les murs du sous-sol, introduisant l'humidité directement dans le béton ou directement sur les fondations.


C'est toujours une bonne idée de choisir des pavés perméables dans les jardins pour éviter de créer du ruissellement chaque fois qu'il pleut ou dégèle. L'action capillaire dans la maçonnerie signifie généralement que les murs seront humides jusqu'à 36" au-dessus du niveau de pénétration d'eau. La première étape pour prévenir les inondations du sous-sol est donc de diriger l'excès d'eau loin de votre maison. Assurez-vous que vos gouttières et l'aménagement paysager font partie de la solution, pas du problème. Assurez-vous que toute la neige qui fond sur votre toit, votre pelouse et votre allée est dirigée loin de votre sous-sol, et non pas vers lui.

Après avoir vérifié tout cela et empêché l'eau de dégel printanier soudaine et excessive d'arriver dans votre sous-sol, la façon la plus simple et la moins chère de prévenir les inondations est d'utiliser une pompe de puisard, adaptée à vos besoins et (bien sûr) opérationnelle.


Avant d’aller plus loin, nous vous suggérons le visionnement de ces deux vidéos produites par Écohabitation


Indispensable dans tous les cas: la pompe de puisard

Une pompe à puisard est installée dans un puisard, qui se trouve généralement dans un endroit à l'écart au sous-sol, comme la salle mécanique. Dans le puisard se trouve un bassin d'environ 2 pieds de diamètre avec des trous sur les côtés. Lorsque la nappe phréatique monte, l'eau s'écoule dans le puisard, puis est pompée et drainée loin des fondations.

La pompe elle-même a un flotteur, similaire à celui que l’on retrouve dans la cuvette des toilettes. Au fur et à mesure que le niveau de l'eau monte, le flotteur monte avec lui et déclenche éventuellement un interrupteur et active la pompe. Une fois que le niveau d'eau baisse et laisse le flotteur baisser également, la pompe s'arrête.

Dans certaines maisons où les nappes phréatiques sont élevées, ou celles qui peuvent être construites à proximité de sources naturelles, la pompe pourrait fonctionner régulièrement tout au long de l'année, tandis que dans d'autres maisons situées dans des endroits plus secs, elle ne peut fonctionner que lors d'événements météorologiques extrêmes, ou même jamais. Ces détails sont importants lors de la conception: assurez-vous d'avoir un clapet anti-retour fonctionnel sur le tuyau de sortie pour empêcher l'eau de s'écouler dans le sous-sol par cette voie, et mieux encore, assurez-vous que le tuyau de sortie pénètre dans les drains extérieurs, loin de la maison, en dessous de la ligne de gel.

Même si vous pensez habiter dans une zone sûre, il est tout de même important d'avoir une pompe de puisard au sous-sol. Surtout compte tenu de l'augmentation des événements météorologiques extrêmes due aux changements climatiques. Et très franchement, il est peu probable de trouver un propriétaire mentionnant qu’il « aurait aimé ne pas avoir installé de pompe de puisard ».


Ces mesures ne sont vraiment pas dispendieuses si l'on considère la sécurité et la tranquillité d'esprit qu'elles apportent si on pense à nos finitions, meubles et biens coûteux au sous-sol qui pourraient être perdus ou endommagés par les inondations. Une réclamation d'assurance peut vous donner une valeur marchande pour votre canapé et votre téléviseur à écran plat, mais elle ne sera pas proche de la valeur réelle des souvenirs de famille endommagés ou de votre album Fleetwood Mac signé par Mick lui-même.


Comment savoir si la pompe à puisard fonctionne correctement?

Les pompes de puisard aspirent parfois des débris, qui peuvent boucher des parties du système. L'interrupteur peut aussi mal fonctionner. Il convient donc de les vérifier régulièrement.


Pour voir si votre pompe fonctionne correctement, versez lentement de l'eau dans le puisard jusqu'à ce que le flotteur active l'interrupteur et que la pompe vide le bassin. L'objectif est d'introduire de l'eau sans toucher l'interrupteur à flotteur car cela pourrait l'endommager ou provoquer un dysfonctionnement.

Nous préférons toujours utiliser de l'eau plutôt que de simplement actionner manuellement l'interrupteur, car les commutateurs peuvent parfois devenir collants.

Les règles d'or lors de la vérification des pompes, y compris la pompe dans un bassin de puisard, sont les suivantes:

  • Soyez toujours accompagné d'un ami. L'électricité, l'eau et les drains sont une combinaison risquée. La sécurité d'abord!

  • Portez toujours l'équipement de protection approprié, en particulier des gants et des lunettes.

  • Utilisez des coussinets ou un coussin pour vous agenouiller

  • Ne fumez pas. Les sous-sols, les puisards et les drains peuvent contenir des gaz explosifs.

  • Si la pompe ne fonctionne pas, débranchez l'électricité avant d'essayer de comprendre pourquoi.

Ce qui nous mène à la question des alarmes de niveau d'eau élevé pour les pompes de puisard.


Devrais-je me procurer une alarme de niveau d’eau élevé pour la pompe du puisard?

Une alarme pour la pompe à puisard qui signale un niveau d'eau élevé est un atout précieux et abordable. Elle pourrait vous alerter d'un problème qu'il sera possible de résoudre facilement et à temps pour éviter une éventuelle inondation de sous-sol. Il existe sur le marché de nombreuses technologies domotiques intelligentes sur le marché ; recevoir un avis de fuite d'un téléphone intelligent est inestimable. La seule chose que nous recommandons est d'opter pour une alarme de marque reconnue qui vous avertit d’un niveau d'eau élevé, et si possible avec une batterie de secours. Vous serez ainsi doublement sûr que la fois où vous aurez besoin de l'alarme pour vous faire savoir que l'eau monte, elle sera opérationnelle.


Être réveillé au son d'une alarme de pompe de puisard peut ne pas être agréable au moment où cela se produit, mais cela bat certainement l'alternative, soit passer des semaines à pomper, nettoyer, faire des réparations et payer sa franchise d'assurance...


Pourquoi une pompe de puisard cesse de fonctionner?

La raison la plus courante pour laquelle une pompe de puisard ne parviendrait pas à pomper: une panne de courant. Malheureusement, on a souvent besoin d'une pompe de puisard lors d'événements météorologiques extrêmes avec de fortes précipitations, qui sont également un moment commun pour connaître des pannes de courant...

Une autre cause peut être une prise défectueuse, et parfois c'est simplement que quelqu'un l'a débranchée et a oublié de la rebrancher.


En dehors du manque de puissance pour fonctionner, les composantes de la pompe peuvent tomber en panne. Le moteur peut griller, d'autres fois, le moteur peut fonctionner correctement, mais il arrête de pomper de l'eau en raison d'un blocage ou de la chute d’une pièce dans le moteur (histoire vraie).


Il est aussi important de dimensionner correctement les pompes selon la charge. Si vous avez un débit d'eau régulier, une pompe trop petite ou un interrupteur à flotteur mal réglé pourrait faire fonctionner les pompes en continu et entraîner un épuisement précoce. Tant que votre pompe de puisard n'est pas surchargée, vous pouvez raisonnablement vous attendre à ce qu'elle dure environ 10 ans.


Dois-je acheter une batterie de pompe de puisard?

La réponse dépend principalement de votre emplacement et du risque d'inondation, mais aussi de votre budget, de la finition de votre sous-sol et de votre niveau de confort.

Si votre sous-sol n'est pas fini, ne risque pas d'être inondé et que votre pompe de puisard est rarement activée, une batterie de secours n'est peut-être pas quelque chose dans laquelle vous souhaitez investir. Si la nappe phréatique aux alentours de votre maison est haute et que votre la pompe de puisard fonctionne régulièrement indépendamment de la pluie, c'est ce que nous appellerions une situation à haut risque, digne d'une batterie de secours, d'une configuration « double pompe » et d'une alarme, au cas où. N'oubliez pas : ceinture ET bretelles pour ceux à haut risque de voir leur pantalon tomber!


Une batterie de pompe de puisard reste chargée jusqu'à ce qu'elle soit nécessaire, et vous n'en aurez peut-être jamais réellement besoin. Mais comme la pompe de puisard elle-même et les alarmes de niveau d'eau en option, il s'agit d'une police d'assurance. Encore mieux si vous n’avez jamais besoin de l’utiliser, mais si vous n’avez pas de batterie lorsque vous en avez besoin, vous en aurez certainement envie.


Dimensionner une batterie pour la pompe de puisard

Si vous avez déjà une pompe de puisard dans votre maison et que vous envisagez une batterie pour plus de tranquillité d'esprit, profitez de la prochaine occasion pour surveiller la fréquence à laquelle elle s'éteint. Cela peut être pendant une grosse tempête ou une chaude journée de printemps propice à la fonte des neiges. Suivez l'heure à laquelle la pompe est activée: avec ces informations ainsi que la taille de la pompe elle-même, vous aurez alors une idée du type de demande d'énergie dont votre pompe aura besoin. Les caractéristiques électriques des pompes doivent également figurer sur les fiches techniques des fabricants.


Il n'y a aucun moyen d'anticiper les pluies les plus importantes ou la durée d'une coupure de courant, donc tout cela est au mieux une supposition. Pour une véritable durabilité et résilience de la maison, avoir un générateur (ou savoir qui en a un que vous pouvez emprunter) est une excellente source de sécurité. Une petite génératrice peut être utilisée par intermittence pour charger les téléphones et les ordinateurs, refroidir les réfrigérateurs et les congélateurs, mais aussi pour faire fonctionner une pompe à puisard, si nécessaire.

Lorsque vous comparez les batteries de pompe de puisard en ligne, la principale différence à considérer est la durée de vie de la batterie. Elle sera évaluée en GPH (gallons par heure), et variera selon la quantité d'eau qu'elle peut éliminer et du nombre d'heures qu'elle peut fonctionner. Vous paierez plus cher pour une batterie plus grosse avec un meilleur chargeur, ce qui augmentera ses chances de durer lors d'une panne de courant.

Vous ne souhaitez pas passer de temps et de l'énergie à étudier toutes ces questions ? Ne construisez pas de sous-sol : vous éviterez bien des problèmes.


Les portes de garage étanches pour les entrées en contre-pente

Les garages situé au sous-sol avec entrée en pente sont particulièrement à risque pour les inondations. Ce phénomène est problématique dans de nombreux quartiers de Montréal, entre autres, où quantité de mutilogements possèdent ce type d'entrée. Lors de fortes pluies, si les réseaux de collectes des eaux sont saturés, l'eau de pluie se dirige facilement vers le garage. Une porte de garage étanche peut pallier à ce problème en empêchant l'eau de pénétrer dans le bâtiment.


Source : EcoHabitation


Grâce à une double ossature et une isolation hautement performante, les murs extérieurs construits avec un système en truss (poutrelles) Larsen sont idéaux, autant pour les rénovations que pour les nouvelles constructions.


Pour une isolation maximale : les murs en truss (poutrelles) Larsen

Le mur avec poutrelles Larsen est un mur double-ossature léger, non structurel, qui permet une isolation plus performante. Ce mur, qui s’isole très bien à la cellulose, permet d’atteindre une grande valeur R… Mais sans les inconvénients généralement liés à une double isolation. Il s’agit non seulement d’un excellent système à mettre en place sur une maison neuve, mais il est aussi idéal pour des rénovations qui visent une meilleure efficacité énergétique.


Puisqu’une attention particulière est portée aux détails d’étanchéité à l’air, ce système est fort populaire dans les maisons visant la certification Passive House, celle-ci pouvant être extrêmement économe en énergie!


Conception des murs en Larsen Truss

La conception typique consiste en un mur de charpente standard, au code. Les 2x6 ou 2x4 sont remplis d’isolant, puis recouverts d’un panneau structural (contreplaqué ou OSB) et fixés au mur extérieur grâce à des poutrelles (truss) en i (i-joists). La structure permet une isolation maximale… sans ponts thermiques ! Le panneau structural sert de pare-air et de pare-vapeur. Pour sceller les joints, du ruban de construction haute performance est utilisé, mettant la touche finale à ce mur peu dispendieux qui permet de grandes économies énergétiques.


L’histoire derrière les Larsen Truss

Ce mur a été développé en 1981 à Edmonton, en Alberta, par le constructeur John Larsen (d’où le nom). Alors qu’il était originellement d’une épaisseur de 8 ¼”, le mur peut prendre l’épaisseur que vous voulez. Ce mur en double ossature non porteur permet d’isoler avec une variété de produits, notamment les matelas (fibre de verre, laine de roche) et, encore mieux, la cellulose giclée haute densité.


Les murs Larsen pour les maisons passives

Nous avons récemment rendu visite à John Hodges à Perth, en Ontario, où ce dernier y a construit deux maisons : l’une pour sa femme et lui, et l’autre pour sa fille. La première sera certifiée « Passive House » et la seconde sera « presque » passive, ainsi que le désigne de nombreux constructeurs lorsque les maisons atteignent les performances passives, sans obtenir la certification.


Conception du mur de la maison solaire passive de John Hodges

Les deux maisons* construites par Hodges sont dotées de murs en double ossature avec poutrelles Larsen, optimisés pour les maisons passives :

  • Structure en 2x6 avec de la cellulose (R3.5 par pouce) haute densité dans les cavités (total de R19)

  • Contreplaqué scellé qui agit comme pare-air et pare-vapeur

  • 11 poutrelles en i de 7/8’’ formant un mur à double montants fixé à l’extérieur du panneau structural (R42)

  • Panneau isolant ECO4 rigide en fibre de bois de 1,5’’

  • Pare-intempéries

  • Fourrures

  • Revêtement extérieur

*Les deux maisons sont construites sur dalle monolithique préfabriquée avec 12’’ d’isolant PSE (polystyrène expansé).


Les Larsen Truss, pour les rénovations

Au-delà de son utilisation dans les maisons neuves, les poutrelles (truss) Larsen peuvent être un excellent moyen de rendre sa maison existante plus écoénergétique, car la structure peut être ajoutée sur le revêtement existant, créant ainsi un mur extérieur double. Le concept peut même s’étendre au toit, permettant une enveloppe parfaitement étanche tout autour de la maison existante.

Rappelons que la structure en Larsen Truss n’est ni structurelle, ni porteuse. Son rôle est simplement de créer un mur plus épais pour une meilleure isolation, et de déplacer le pare-vapeur au 2/3 du mur, permettant ainsi tous les avantages d’un mur double-ossature, mais sans les problèmes (comme les gains de poids, la complexité des murs doubles, les coûts…).

Les murs en poutrelles Larsen sont une excellente option si on veut effectuer des rénovations majeures visant une haute efficacité énergétique sur une maison existante. De fait, l’ajout d’isolant à l’extérieur déplace automatiquement le pare-vapeur existant vers l’intérieur. Ce qui réduit les problèmes liés aux ponts thermiques et à la condensation à travers les saisons, particulièrement en été lorsque les maisons sont climatisées. Pour en savoir plus sur où poser le pare-vapeur dans le mur pour éviter la condensation.


N.B. Si vous avez réalisé une rénovation de cette manière et que vous avez des photos, merci de nous en aviser pour que l'on le puisse informer les internautes sur le Larsen en réno !


Source: EcoHabitation


Vous avez une cheminée non utilisée? La sceller et l'isoler de façon permanente ou temporaire pourrait vous faire économiser gros.


Comment boucher ou isoler un conduit de cheminée ?


Une cheminée représente inévitablement une perte d'étanchéité et de chaleur, pouvant entraîner des courants d'air refroidissant la maison. C'est pourquoi on n'installe pas de foyer au bois/cheminée dans les maisons construites selon le label allemand Passivhaus, qui vise une performance énergétique exemplaire. C’est également la raison pour laquelle de nombreux internautes nous contactent afin de partager les problèmes rencontrés en raison de leur cheminée, et surtout, pour savoir comment les boucher ou les isoler efficacement et en toute sécurité.


Gérer la qualité de l'air intérieur


Outre les évidents bienfaits d’un foyer au bois, il faut bien saisir le fait qu’une cheminée laissera presque toujours de l’air froid s’infiltrer dans la maison. Les cheminées ont aussi l’effet pernicieux de tirer l’air chaud de la maison vers l’extérieur, et elles sont peu compatibles avec les ventilateurs d’extraction, ces appareils qui dépressurisent la maison.

Le problème est encore plus grave dans les maisons modernes très étanches: lorsque la mise en marche des appareils d’extraction abaisse trop la pression dans la maison, il peut y avoir un mouvement d'air qui attire vers l'intérieur les gaz de combustion, normalement évacués par la cheminée. L'impact sur la qualité de l'air est assez sérieux. Dans le cas du monoxyde de carbone, par exemple, une intoxication peut même être mortelle. Un détecteur à monoxyde de carbone est d'ailleurs fortement recommandé dans les maisons où sont présents des appareils à combustion. En cas de doute, entrouvrir une fenêtre proche de la cheminée peut être une option.


Dans les anciennes maisons, une problématique additionnelle s’ajoute: les cheminées d’époque peuvent être incompatibles avec les appareils à combustion récents. En effet, lorsque ces appareils, conçus pour un conduit d’évacuation de petite dimension sont connectés à un conduit trop grand, on court le risque de voir apparaître plusieurs problèmes (évacuation inefficace, corrosion dans la cheminé, etc.) Il faut donc installer les bons équipements pour que votre feu dans l'âtre soit compatible avec une étanchéité supérieure.


Isoler une cheminée non utilisée

Vous n'utilisez pas la cheminée régulièrement? L'isoler vous permettra d'économiser sur votre facture de chauffage, en plus d'augmenter votre niveau de confort à la maison. Selon le US Department of Energy, isoler et étanchéiser une cheminée non utilisée pourrait freiner 14 % des fuites dans la maison.


Il est possible de créer des « bouchons » d'isolant en enroulant fermement un isolant en nattes (par exemple de la laine de roche) puis en l'insérant dans le conduit de la cheminée. Il prendra alors suffisamment d'expansion pour boucher complétement le conduit. Faites l’opération par le bas, puis répétez par le haut jusqu'au niveau de l'entretoit. Si on bouche les deux côtés de la cheminée, c’est dans le but d’éviter les écarts de température en son centre, et donc la condensation qui pourrait être créée par cet écart. Si vous choisissez cette option, installez un signe clair dans l'âtre indiquant qu'aucun feu ne doit être allumé.

Notez que ceci permettra d’isoler l’ensemble, mais n’assurera pas l’étanchéité. Il faudra sceller le tout, puis protéger l'isolant des intempéries en créant un couvercle de tôle galvanisée qui bloquera la sortie de la cheminée. Fermez également l’entrée de la cheminée à l’intérieur.


On peut aussi isoler la cheminée par l’extérieur, en recouvrant les briques d’un « muret » fait d’isolant rigide et d’un contreplaqué d’un demi-pouce d’épaisseur, qui pourra ensuite être recouvert de maçonnerie, pour s’harmoniser avec le reste de la maison. Ceci limitera la création de ponts thermiques dans la brique.


Ceci dit, le mortier et la brique sont des matériaux qui doivent respirer. S’ils s’effritent, c’est qu’il y a infiltration d’eau: en hiver l’eau s’infiltre et se transforme en glace, faisant éclater la brique. Si c’est votre cas, il faudra réparer les joints et de contacter un spécialiste en maçonnerie pour qu’il puisse bien identifier la cause des dommages.


Et si on change d’idée?

Si vous décidez éventuellement d’utiliser la cheminée à nouveau, il suffira de défaire les bouchons d’isolant, de poser les protections nécessaires à la base de la cheminée, puis le cas échéant d’installer un foyer en suivant les procédures prescrites par le fabricant. Assurez-vous que le foyer répond à la norme sur les appareils de chauffage au bois (1990, 40 CFR Part 60) de l’association américaine EPA ou à la norme sur le rendement des poêles et foyers (B415.1-M92) de l’Association canadienne de normalisation (CSA).


Considérez les inserts

Les inserts de cheminée sont efficaces, éliminant la plupart des courants d’air. Ils sont un moyen plutôt rentable et simple de réparer votre cheminée tout en mettant l’apparence de votre pièce au goût du jour.


Isoler une cheminée qui fuit, mais qu'on utilise

Vous voulez continuer d’utiliser votre cheminée, mais aimeriez limiter les pertes de chaleur ? Voici comment procéder.

Vérifiez premièrement le volet métallique dans la cheminée. Son rôle est d’empêcher l’air froid d’entrer, et l’air chaud de s’échapper. S’il est bien fermé mais que de l’air froid s’infiltre, il est possible que la pièce soit endommagée. Remplacer le tout pourrait réduire en partie votre problème de fuites.


Une autre solution temporaire et bon marché serait d’utiliser des « ballons, ou oreillers » de cheminée, conçus pour sceller l’ouverture de la cheminée. Ils sont disponibles en ligne, réutilisables, on peut les poser soi-même et ils permettront de limiter les fuites lorsque la cheminée n’est pas utilisée.


On insère simplement le ballon dans la cheminée, juste au-dessus du foyer, puis on le gonfle en place. Il bloquera ainsi le passage de l’air. N’oubliez pas de le retirer avant de faire un feu! Pour cela il suffit de le dégonfler.


Pour une isolation plus efficace à long terme, les méthodes varient selon que la cheminée soit en maçonnerie ou en acier.


Pour une cheminée en maçonnerie

En plus de laisser de l’air froid s’infiltrer, la brique d’une cheminée traditionnelle en maçonnerie agit comme pont thermique. Si elle est mal isolée, vous verrez probablement la neige fondre autour en hiver. Un signe qui ne ment pas.

Il est étrange de construire encore aujourd’hui les cheminées en maçonnerie jusqu’à l’extérieur, mais c’est parfois le cas. Normalement, une cheminée bien conçue sera plutôt pré-usinée avec d’autres matériaux (acier et isolants) qui éviteront les ponts thermiques: la plupart des fabricants proposent des systèmes d'étanchéité autour des cheminées, assurés par des socles en métal. Ils entourent la cheminée en acier à double paroi, ce qui permet de poser un scellant résistant aux températures élevées.

Si votre cheminée est en maçonnerie et qu’elle manque d’étanchéité, il faudra défaire la cheminée et la refaire au complet avec de l’acier isolé standard. C’est l’unique remède, puisqu’il est impossible malheureusement d’isoler le pourtour. Attendez-vous à un travail coûteux, ou à devoir vivre avec les inconvénients !


Pour une cheminée en acier isolée

Si votre cheminée est déjà en acier, pré-isolée, des scellants (normalement de couleur rouge) à l’épreuve de la chaleur peuvent être posés pour étanchéiser les endroits qui fuient. Lorsque les attaches à cheminée transpercent l’isolant de la cheminée, elles doivent être étanchéisées, et cette étape fait souvent défaut. Assurez-vous aussi que les produits utilisés sont homologués pour ce type d’utilisation et n’oubliez pas de valider le tout avec votre assureur.  


Les scellants à cheminée, ou scellants rouges

Il existe des produits conçus spécifiquement pour calfeutrer les joints entre les sections de cheminées pour réduire l’apport d’air froid. On les trouve dans les quincailleries à grande surface, et chez les détaillants de poêles. Demandez du scellant de silicone haute température. On appelle également ce genre de produit « scellant rouge » en raison de sa couleur distinctive.


Attention aux assurances

Dans tous les cas, isoler et étanchéiser sa cheminée n’est pas un travail de bricoleur. Il faut absolument suivre les indications du fabricant. En déroger pourrait résulter en de très gros problèmes au niveau de la sécurité et des assurances. En gros, achetez des produits conçus par votre manufacturier de cheminée et suivez les directives des manuels à la lettre.


Des informations auprès des services de sécurité incendie

Dans le doute, contactez le service de sécurité incendie de votre municipalité ou de votre MRC. Il existe des services visant expressément à informer les citoyens sur la prévention des incendies, et ils pourront vous en dire plus sur les travaux à apporter sur vos cheminées.


Source : EcoHabitation


bottom of page