top of page
Rechercher

Même les bâtiments les plus solides ne sont pas à l'abri d'un phénomène bien connu dans le domaine de la construction : les fissures. La rénovation des fondations fissurées peut être complexe. Informez-vous !


Avez-vous remarqué un affaissement ou des fissures dans le solage de votre maison? Découvrez dans ce guide les différents types de fissures, la raison de leur présence, comment les réparer et à quelles subventions vous pourriez avoir droit pour ce type de rénovation de la fondation.


Quelles sont les causes des fissures dans les fondations ?

Les fissures peuvent être liées à des conditions géologiques, environnementales, de construction ou d’entretien, mais, généralement, tout commence par un tassement du sol. Ce mouvement peut, entre autres, être causé par la composition du sol, par l’expansion et la contraction dues à l’humidité, par un mauvais drainage de l’eau, par la présence d’arbres ou par l’ajout d’infrastructures telles qu’un stationnement ou un trottoir près de la maison. Il est également possible qu’une combinaison de ces raisons soit la cause du problème.


Quels sont les types de fissures dans les murs de maçonnerie ?

On dit d’une maison qu’elle est « lézardée » lorsque ses fondations sont endommagées par des fissures. Il existe deux types de fissures : les passives et les actives.

  • Les fissures passives sont stables et ont cessé de prendre de l’ampleur. Elles peuvent avoir été causées par des événements passés, tels que des changements de sol, des conditions climatiques extrêmes ou des mouvements sismiques. Même si elles ne se propagent pas davantage, elles nécessitent tout de même une surveillance et d’éventuelles réparations pour éviter d’autres problèmes.

  • Les fissures actives s'élargissent ou se déplacent avec le temps. Elles indiquent donc une activité permanente exerçant une pression sur les fondations, qu'il s'agisse de mouvements du sol ou de variations de l'humidité, qui peuvent à leur tour provoquer une pression due aux cycles de gel/dégel ou à l'argile expansive. Ces fissures sont plus préoccupantes et exigent une intervention immédiate pour contrer leur propagation.

Quand réparer une fissure dans la fondation ?

Dès que vous remarquez un affaissement ou une fissure, il est important de consulter un professionnel en bâtiment tel qu’un ingénieur en structure ou un entrepreneur spécialisé en fondations afin qu’il puisse analyser la gravité des dégâts. Il pourra ensuite vous proposer des solutions pour rétablir la solidité et l'intégrité des murs de fondation de la maison.

Quand s’inquiéter ?

Nous vous recommandons de faire vérifier toute anomalie quant à votre structure afin de prévenir de plus importants problèmes. Toutefois, certains signes sont plus alarmants que d’autres :

  • Une fissure verticale, horizontale ou en forme de « V » est habituellement plus préoccupante qu’une fissure en diagonale.

  • Une fissure qui s’agrandit rapidement ou l’apparition de multiples fissures à divers endroits est signe d’un mouvement continu du sol ou de la structure : une situation qui peut rapidement dégénérer.

  • Des signes d’affaissement à l’intérieur de la maison, tels que des portes qui ne ferment plus correctement ou des inclinaisons au niveau du plancher, peuvent indiquer un problème de structure important.

  • Des fissures associées à des problèmes de drainage ou d’infiltration d’eau affaiblissent parfois la structure, ce qui peut devenir dangereux.

  • Fissures dans les murs de fondation ou de sous-sol associées à des problèmes d'humidité, de soulèvement dû au gel et dans des zones ayant une forte concentration de radon. Il est particulièrement inquiétant de constater que si tous ces problèmes sont présents, une combinaison de travaux de rénovation professionnels spécialisés sera nécessaire pour assurer la sécurité de la famille.


Comment faire la réparation d’une fissure de fondation ?

Il n’y a pas qu’une méthode miracle pour réparer une fissure : tout dépend de la raison et de l’ampleur du problème. C’est pourquoi il est important de demander l’avis d’un professionnel. Lors de telles rénovations, il est possible de travailler par l’intérieur ou par l’extérieur.


Une réparation par l’intérieur suffit lorsqu’il s’agit de petites fissures ou qu’il n’y a pas d’infiltration d’eau. Elle peut également être une solution intéressante si l’endroit est difficile d’accès par l’extérieur ; si elle se trouve sous un patio, par exemple. On y insère un scellant spécialement conçu pour les fissures, habituellement composé d’uréthane.


En d’autres temps, il est préférable de réparer les fissures du béton à partir de l’extérieur pour garantir une meilleure étanchéité. S’il s’agit d’une simple fissure, les spécialistes pourront ajouter une membrane autocollante ou liquide afin de remplir le trou et de l’imperméabiliser. Si le problème est posé par l’affaissement de la structure, la procédure est plus complexe. Effectivement, ce genre de situation nécessite souvent une excavation pour installer des pieux d’acier ou renforts en béton dans le but de redresser le bâtiment et de supporter les murs.


De plus, pour assurer l’étanchéité du solage, il faut profiter de l’excavation pour tout vérifier et réparer si besoin : drain français, murs de la fondation et fissures. Nous recommandons également l’ajout d’une membrane avec couche de drainage embossée pour un maximum d’imperméabilité.


D’autres étapes pourraient être nécessaires selon votre situation, telle que la réparation de lézardes entre les briques de votre revêtement extérieur, par exemple.


Quelles sont les subventions pour les maisons lézardées ?

Heureusement, plusieurs subventions existent dans le but d’aider les Québécois à réparer leur fondation craquée. D’abord, le programme Rénovation Québec de la Société d’habitation du Québec appuie les municipalités qui offrent une aide financière à leurs résidents. Il s’adresse aux propriétaires de maisons aux prises avec des problèmes de fondations endommagées en raison de l’affaissement du sol argileux : les problèmes dus à un vice de construction, eux, ne sont pas admissibles pour cette subvention. Plusieurs villes participent à ce programme, telles que Montréal, Boucherville, Sherbrooke, Repentigny, Brossard et Saint-Hyacinthe. Vérifiez sur le site web de votre municipalité ou contactez-la pour savoir si elle participe au programme Rénovation Québec.

En addition, la Ville de Montréal, offre la subvention RénoPlex, qui octroie une aide financière pour la plupart des travaux de rénovation, y compris celles reliées aux fondations dans les maisons lézardées.

La Ville de Québec, quant à elle, propose le programme de rénovation résidentielle Volet santé, sécurité et stabilisation. Celui-ci vient en aide aux propriétaires de bâtiments ou maisons lézardées comportant au moins une défectuosité majeure. À condition de demeurer hors de la zone de revitalisation de la ville et d’avoir une résidence dont la construction date d’au moins 25 ans, la réparation des maisons lézardes est admissible à ce programme.

Finalement, les personnes à plus faible revenu résidant dans une municipalité de moins de 15 000 habitants peuvent compter sur RénoRégion. Il s’agit d’un autre programme de la Société d’habitation du Québec, ayant pour but de venir en aide aux propriétaires devant effectuer des rénovations majeures sur leur résidence. Les problèmes de structures sont admissibles à cette aide financière et dont les maisons lézardées.  


Le mot d'ordre : en cas de maison lézardée, faire confiance aux professionnels

Les maisons dont la maçonnerie des fondations est fissurée ou qui présentent des signes évidents d'affaissement sont à prendre au sérieux. Il est recommandé de faire vérifier les fissures ou les affaissements par des professionnels dans les plus brefs délais, afin d'établir la cause du problème, de voir si les problèmes de fissures sont permanents ou stables, et d'éviter que la situation ne se détériore. Ils peuvent guider les propriétaires dans les démarches à entreprendre et les rénovations à effectuer pour les problèmes identifiés. Ignorer ou négliger les fissures visibles aura de graves conséquences à long terme dans les conditions climatiques extrêmes du Québec, ce qui aura un impact sur la valeur de la propriété et, plus important encore, sur la santé et la sécurité éventuelle de ses occupants.


Source : EcoHabitation


Tout comme ceux qui vivent sous lui, un toit a besoin de respirer. Une bonne ventilation permet de maintenir l’humidité à distance, ainsi qu’éviter les moisissures et les dommages structurels. Cela dit, un toit ne repose généralement pas sur des systèmes de ventilation mécaniques ou électriques; il crée plutôt un flux d’air naturel en utilisant les différences de température dans le grenier. Il y a beaucoup à apprendre sur les toitures, alors commençons par examiner le fonctionnement de la ventilation du toit et les signes indiquant que le vôtre pourrait avoir besoin d’un professionnel.


Comment fonctionne la ventilation du toit?

Dans la ventilation du toit, l’air entre par le soffite (du moins, en général) et sort par une vanne d’évacuation. Il existe deux méthodes pour créer un flux d’air dans votre toit: active et passive. Cette dernière est la plus courante. Dans le cas de la ventilation passive, le soffite et le vent extérieur travaillent ensemble, en s’appuyant sur la convection pour faire circuler l’air naturellement.


Tous les toits ont un certain type de système de ventilation. Lorsque la ventilation et l’isolation sont correctement installées, elles fonctionnent ensemble pour éviter la formation de digues de glace, les dégâts dus à l’humidité et même l’augmentation des factures d’électricité.


Les avantages d’une bonne ventilation du toit


Une bonne ventilation de la toiture protège non seulement votre maison contre les moisissures, mais elle permet également de réduire les factures de chauffage et de climatisation. Passons en revue quelques raisons d’investir dans votre toit.


Les matériaux de toiture dureront plus longtemps

Une mauvaise ventilation de la toiture a également des effets néfastes à l’extérieur de votre toit. Par exemple, en hiver, un grenier chaud, combiné à la chaleur du soleil, peut faire fondre la neige et la glace sur votre toit. La neige et la glace s’écoulent vers le bas, puis regèlent sur les bords et les gouttières de votre toit. Cela forme une armée de glaçons, qui peut s’accumuler lentement sous les matériaux de couverture et causer des dommages à votre toit, à votre grenier et à l’intérieur des murs de votre maison.

Comment savoir si vous avez une bonne ventilation? Tout d’abord, vous ne trouverez pas de glace sur votre toit, à moins que le temps ne prévoie des pluies verglaçantes. Et, bien sûr, une bonne ventilation du toit vous évitera une rénovation de votre toit précoce.


Prévention des moisissures, des dégâts des eaux et des dommages structurels

Même les maisons les mieux construites ont parfois un peu d’humidité dans le grenier. Mais lorsque votre ventilation n’est pas à la hauteur, la condensation s’accumule sur les fermes et la face inférieure du toit. Ce phénomène est particulièrement problématique en hiver: la condensation gèle au contact, formant de la glace, qui fond ensuite au printemps. Au fil du temps, l’eau s’égoutte dans les murs et sur le sol, provoquant l’apparition de moisissures et de pourriture. À ce moment-là, vous aurez besoin d’un entrepreneur en décontamination.


Réduction des coûts énergétiques

Les combles ne sont pas climatisés et ont donc tendance à être beaucoup plus chauds que le reste de la maison. Et comme la chaleur monte, la situation peut être particulièrement mauvaise en été. Un toit bien ventilé aura la même température extérieure en été, ce qui entraînera une réduction des coûts de climatisation. Cela évitera également à vos matériaux de couverture de mourir prématurément. Une mauvaise ventilation peut faire doubler la température de votre toit, ce qui non seulement endommage vos matériaux de couverture, mais les détériore jusqu’à deux fois plus vite.


Vérifier la ventilation de votre toit

Outre l’inspection de votre toiture à faire avant et après le dégel, vous devez également vérifier régulièrement la ventilation de votre toit. Voici quelques signes qui indiquent qu’un entrepreneur en toiture devrait peut-être y jeter un coup d’œil de plus près.


À l’extérieur

  • Glaçons

  • Dommages au toit (par exemple, affaissement, gauchissement, pourriture, rouille)

À l’intérieur

  • Bulles d’eau sur les murs ou le plafond

  • Surchauffe et/ou factures d’électricité élevées en été


L’intérieur du grenier

Essayez de vérifier votre grenier après quelques nuits froides d’hiver: cela vous donnera une meilleure idée du taux d’humidité. Assurez-vous de vérifier les évents qui traversent le plafond, les colonnes de plomberie, les conduits de cheminée et les entrées des fils et des lumières encastrés. Les signes d’humidité ont tendance à apparaître à ces endroits.

  • Accumulation de glace, en particulier sous les pignons.

  • De la moisissure

  • Pourriture écaillée

  • Cernes sur le bois et l’isolation

  • Clous rouillés

  • Odeurs fortes et anormales

  • Bois noirci


Mon toit est mal ventilé. Que dois-je faire?

Nous vous recommandons de faire appel à un couvreur professionnel pour évaluer la situation. Dans certains cas, il n’est pas nécessaire de refaire tout le toit pour résoudre le problème.


Ajouter des évents de toit

Si vous avez des problèmes mineurs de ventilation dans des parties spécifiques de votre toit, comme les pignons, un couvreur peut ajouter des évents dans ces zones. Cela dit, en raison de leur profil bas, ils peuvent être bloqués par la neige en hiver. Certains professionnels recommandent d’utiliser des évents plus grands comme ceux vendus par Ventilation Maximum pour éviter ce problème.


Déboucher ou remplacer vos soffites

Si vous remarquez que votre grenier est anormalement humide ou chaud, prenez un moment pour inspecter vos soffites. Ils peuvent être bloqués ou obstrués par diverses choses, du déplacement de matériaux isolants aux nids d’oiseaux. Dans certains cas, il suffit de nettoyer vos soffites pour résoudre le problème. Si vos soffites ne sont pas ventilés, vous pouvez envisager de les remplacer par un meilleur modèle – un modèle avec des trous qui permettent à l’air de circuler correctement.


Remplacez votre isolation

Si vous avez du mal à conserver la chaleur dans votre maison, c’est peut-être l’isolation qui pose problème. Par exemple, vous pouvez vous rendre compte que votre grenier n’est pas isolé ou qu’il l’est de façon inégale. Que ce soit à cause d’une négligence de l’entrepreneur, d’une détérioration due à la vieillesse ou de la présence de parasites dans votre maison, ces zones non isolées laissent la chaleur s’échapper. De la condensation peut également s’accumuler à ces endroits, ce qui peut entraîner des moisissures au fil du temps. Dans ce cas, refaire l’isolation de votre grenier résoudra vos problèmes de circulation d’air. Non seulement vous garderez la chaleur à l’intérieur de votre maison, mais vous ferez également des économies sur votre facture de chauffage tout en prolongeant la durée de vie de votre toit.


Évitez les problèmes de fermettes grâce à des inspections régulières

Tout comme le reste de votre maison, votre toit et votre grenier ont besoin d’un peu d’amour et d’attention pour fonctionner correctement. Prenez le temps chaque année d’inspecter votre toit, de vérifier les problèmes d’enveloppe du bâtiment et de préparer votre maison pour l’hiver. Cela contribuera à l’entretien de votre toit, au confort de votre maison en toutes saisons et à la réduction des coûts de remplacement.


Source : RenoAssistance


La décision est prise! Votre projet de rénovation «pour plus tard» ne peut plus attendre – on vous comprend! Les défis posés par la pandémie ont mené plusieurs ménages à reconsidérer leur milieu de vie. Certain·es ont déménagé pour trouver une maison qui répond davantage à leurs besoins. D’autres aiment leur ville et quartier, mais leur maison aurait besoin d’une sérieuse mise à jour afin de mieux y vivre. 

La rénovation devient alors la solution! Mais comment s’y prendre et par où commencer? Voici 9  conseils pour se préparer à une rénovation majeure. 


1. Analyser vos besoins 


Discuter des changements souhaités et du style voulu 

Cette première étape est souvent négligée ou mal documentée. Pour orienter vos choix, il importe de dresser une liste de ce que vous souhaitez améliorer, mais aussi de ce que vous aimez de votre maison (les éléments et les pièces que vous souhaitez conserver tels quels). 

Quelles rénovations majeures souhaitez-vous entreprendre? Un agrandissement ou un ajout d’étage? Vous voulez aménager votre sous-sol ou rénover votre cuisine? Discutez de vos besoins et de comment vous envisagez votre nouvelle maison revue et améliorée. 

Quel style aimez-vous? Faites des recherches, inspirez-vous en regardant les tendances et notez celles que vous aimez. 


Penser aux besoins futurs de votre famille

Une rénovation majeure engendre des coûts énormes, il est donc important que vous puissiez en profiter au maximum. Où en serez-vous dans 10 ans? Si vos enfants quittent le nid familial dans trois ans, il n’est peut-être pas nécessaire de leur créer un coin études parce qu’ils accaparaient la table de cuisine pendant le dernier confinement! Cette analyse est cruciale pour déterminer vos besoins. 


2. Suivre le marché: combien valent les maisons dans votre quartier? 


Considérez la capacité de votre quartier à « prendre » votre rénovation. Par exemple, si les maisons de votre quartier se vendent autour de 300 000$, assurez-vous que votre maison, une fois la rénovation terminée, ne coûte pas 750 000$! Il n’est pas souhaitable de devenir la maison la plus dispendieuse de votre quartier. À moins que vous puissiez vous le permettre et que vous désirez y vivre encore 20 ans – c’est votre décision.


3. Obtenir des plans de maison pour rénovation majeure

Une fois vos besoins établis, il faut évaluer la faisabilité de votre projet. Pour ce faire, vous devez contacter un·e expert·e en architecture résidentielle, comme un·e architecte ou un·e technologue, qui pourra créer votre plan.  

Certaines firmes offrent un service clés en main, où l’architecte se déplace chez vous pour étudier votre projet, en déterminer la faisabilité, et vous donner une idée des coûts impliqués. C‘est le cas notamment de Dessins Drummond, qui a des succursales aux quatre coins du Québec. 

Ensuite, l’expert·e en architecture résidentielle analysera votre maison, sa structure et sa capacité d’intégrer vos rénovations. Il effectuera un relevé de votre maison et y ajoutera les changements, créant une première ébauche de votre plan. 


4. Rencontrer des entrepreneurs et demander des soumissions 

Avec votre plan préliminaire en main, vous pourrez contacter des entrepreneur·es afin d’obtenir des soumissions.  

Notez que la majorité des entrepreneur·es vous proposeront une estimation forfaitaire pour vos travaux. Si le projet comprend des parties complexes, ou qui seront sous-traitées (travaux effectués par un·e électricien·ne par exemple), il se peut que celles-ci soient ajoutées au contrat séparément, parfois avec un tarif horaire.  

Surprises et imprévus

Les rénovations majeures peuvent parfois révéler des surprises et imprévus. En effet, l’entrepreneur·e peut découvrir des problèmes de structure à corriger, des poutres affaiblies ou endommagées, des tuyaux de plomberie à déplacer, des infiltrations d’eau, ou encore la découverte d’un système électrique non conforme. Ces changements seront discutés en cours de route, mais peuvent impacter le temps passé sur le chantier, ainsi que la facture finale. 


5. Établir le budget pour votre rénovation majeure


S’ajuster selon les soumissions 

Une fois les soumissions reçues, l’heure est aux choix difficiles, car souvent, la soumission est plus élevée que ce que nous croyions au début. En discutant avec les entrepreneur·es, vous pourrez effectuer certaines modifications afin de respecter votre budget. Une fois à l’aise avec vos choix, vous pourrez transmettre ces modifications à votre spécialiste en plans de rénovation. Ce dernier fera les ajustements et la mise en plan finale. 

Il est d’ailleurs fortement suggéré de faire collaborer votre entrepreneur·e et spécialiste en plans de rénovation. Grâce à leurs expériences respectives, leurs échanges pourraient provoquer d’excellentes idées et créer un lien qui vous sera utile tout au long de votre projet!  


Planifier votre budget pour faire face aux imprévus 

L’un des éléments importants dans une rénovation est de prévoir au moins 20% de votre budget pour les surprises et les «tant qu’à y être!».  La majorité des projets de rénovation se soldent en dépassement de coûts – prévoyez-le! 

Souvenez-vous de poser des questions à votre entrepreneur. Discutez de comment vous souhaitez être informé des imprévus et ajoutez votre entente à votre contrat.  


Financement et subventions 

N’hésitez pas à rencontrer un·e conseiller·ère financier·ère pour vous aider à déterminer votre budget et discuter des possibilités de financement.  

Faites aussi des recherches sur les subventions disponibles. Si vos rénovations visent à augmenter l’efficacité énergétique de votre demeure, vous pourriez avoir accès à des subventions telles que la Subvention canadienne pour des maisons plus vertes ou profiter de tarifs avantageux avec des programmes comme Offre habitation verte de Desjardins


6. Où vivrez-vous durant les rénovations?

Durant des rénovations majeures (cuisine, salle de bain, déplacement de mur, etc.), il est fortement conseillé de ne pas vivre dans votre maison. Le bruit, la poussière, l’arrivée très tôt des ouvrier·ères, le va-et-vient constant, les coupures d’eau ou d’électricité, faire la vaisselle dans votre baignoire, vos vêtements éparpillés parce que vos garde-robes n’existent plus, la salle de bain sans douche…  Bref, vous voyez le portrait! 

Il est donc préférable de vivre hors du chantier (louer une maison, un appartement, ou pourquoi pas, faire du camping!) pendant les travaux. Tentez de ne pas aller trop loin, question de pouvoir visiter le chantier au besoin. 


7. Devrez-vous entreposer vos biens durant votre rénovation majeure? 

Pensez à vos biens: aurez-vous besoin d’entreposer le contenu de certaines pièces durant les travaux? Il faudra alors prévoir la location d’une unité d’entreposage ou faire appel à un proche avec un grand sous-sol ou un cabanon spacieux! 


8. Prévenir votre assureur 

Communiquez avec votre assureur·e afin de mettre à jour votre dossier d’assurance habitation. Si vos rénovations risquent de causer des dommages, la prime pourrait être ajustée durant les travaux.  

De plus, l’assurance pourra être révisée afin de refléter la valeur de votre maison une fois les rénovations complétées. 


9. Détendez-vous

Les rénovations majeures viennent chambouler votre quotidien, engendrent des dépenses, exigent des prises de décision et apportent leur lot de stress. Souvenez-vous que c’est temporaire, et gardez à l’esprit que c’est pour votre confort à long terme. Bref, détendez-vous et pensez à comment il fera bon vivre dans votre maison fraîchement rénovée. 

Bonne rénovation! 



Source : RenoAssistance


bottom of page