Rechercher

QUAND L'EAU ET L'ÉLECTRICITÉ NE FONT PAS BON MÉNAGE

Quand les règles plutôt simples de cohabitation de l’électricité et de l’eau n’ont pas été suivies, c’est signe qu’au moins une partie du système électrique du bâtiment n’a pas été mise en place par un professionnel. En inspection préachat, seule une petite portion du système électrique est visible. Si des anomalies sont repérées à même les prises de courant, les interrupteurs et le panneau électrique, imaginez la qualité des installations derrière les murs ! À l’intérieur comme à l’extérieur, il n’est pas rare de voir des dispositifs électriques mal protégés contre l’eau et l’humidité. Avec le temps, la rouille peut porter atteinte à leur fonctionnement. Et comme l’eau est un excellent conducteur d’électricité, on ne veut surtout pas être mouillé en se mettant les doigts sur un branchement électrique réalisé de façon artisanale.

LES PRISES Depuis plus de dix ans, le Code de construction du Québec prévoit que les prises électriques situées à un mètre et demi ou moins d’un évier, d’un lavabo ou de tout ce qui peut provoquer une éclaboussure d’eau soient dotées d’un mécanisme de protection. Il s’agit des fameuses prises DDFT, avec leur bouton « reset ». Ces prises sont équipées d’un disjoncteur différentiel de fuite à la terre (DDFT). Lorsque la tension varie d’aussi peu que cinq millièmes d’ampère, leur disjoncteur saute instantanément. Cela peut se produire quand une goutte d’eau est projetée dans la prise, ou lors de situations potentiellement dangereuses. « Une personne pourrait toucher les fentes de la prise avec les mains mouillées en branchant un appareil. Ou encore, le séchoir à cheveux pourrait tomber dans l’eau du lavabo. Le disjoncteur se déclencherait très rapidement, avant que la personne ne soit électrisée ou électrocutée. » — Martin Mihaluk, ingénieur-conseil à la Corporation des maîtres électriciens du Québec (CMEQ) Le danger existe aussi à l’extérieur. En plus d’être protégées par un DDFT, les prises exposées aux intempéries doivent être recouvertes d’un boîtier étanche. Près d’une piscine ou d’un spa, ce boîtier peut même être équipé d’un profond couvercle en plastique, qui empêchera l’eau d’entrer même quand des rallonges y sont branchées. Dans un garage où il est possible de laver une auto à la grande eau, des prises DDFT étanches sont aussi recommandées. Puisque les maisons moins récentes ont été construites selon des versions antérieures du Code de construction, il est possible que ces prises DDFT soient absentes. Il n’y a aucune obligation de les installer, mais il s’agit d’une mesure très peu coûteuse pour rendre une demeure plus sécuritaire.

PANNEAUX Le panneau de distribution et ses disjoncteurs (ou fusibles) ne subiront pas de dommages en recevant occasionnellement quelques gouttes d’eau en provenance d’un robinet ou d’une cuve de lavage, affirme Martin Mihaluk. Par contre, s’ils ont subi une infiltration d’eau ou une inondation, un maître électricien doit les réviser et les approuver. Le vendeur est tenu de déclarer qu’un tel événement est survenu et l’acheteur devrait exiger de consulter l’approbation écrite émise par l’électricien. Les panneaux électriques sont persona non grata dans les placards à vêtements, les cages d’escalier et toute pièce contenant une douche ou un bain. L’accès à l’intérieur du panneau doit être facile, sans avoir à se contorsionner ou à grimper sur la sécheuse. « Souvent, les gens finissent leur sous-sol et le panneau se retrouve dans une salle de bains, raconte Martin Mihaluk. Quand la vapeur de la douche ou du bain se condense, des gouttes d’eau s’infiltrent dans le panneau et peuvent abîmer les dispositifs de protection. » Si les disjoncteurs sont trop rouillés pour sauter, ils ne sont plus d’aucune utilité. Un panneau situé dans un vestibule, un garage ou un vide sanitaire peut aussi être endommagé par l’humidité. Il existe des boîtiers conçus spécialement pour les panneaux destinés aux endroits humides ou poussiéreux.

SOUFFRIR OU MOURIR ? S’électriser : subir une décharge électrique et survivre. S’électrocuter : subir une décharge électrique et en mourir.


Source: La Presse+


11 vues0 commentaire